1968 de Robert Varlez

Robert Varlez, 1968

24 pages couleurs, 12 x 17 cm, 6 €, sortie janvier 2019.
ISBN : 979-10-95922-20-9

Habitué à faire feu de tout bois, Robert Varlez s’est emparé d’un ouvrage chiné en brocante associant poésie politique et fresques murales réalisées pendant l’occupation de l’université de Nanterre en 1968 (proches de l’expressionnisme abstrait) comme matrice pour l’ensemble des collages réunis ici.

En y ajoutant photographies, détails de comics de guerre, images publicitaires et autres éléments concrets (plumes, pastilles autocollantes, etc.), il compose alors une série de plusieurs dizaines de pages, avant d’opérer une sélection drastique et de les assembler en un court ensemble pour composer cet ouvrage riche de charges politiques d’actualité, s’articulant entre anti-militarisme, féminisme, conflit générationnel et éloge de la manifestation.

Cet opuscule vient enrichir pour son auteur une bibliographie tardive mais en pleine effervescence, depuis la réédition de ses bandes dessinées expérimentales en 2013 (Séquences, The Hoochie Coochie), jusqu’à la floraison récentes de travaux de collages publiés entre La 5C et Les Crocs électriques.

Dans le sillage de Suit(es) (Adverse, 2016), ce 1968 tente une nouvelle fois d’associer des travaux s’établissant à la limite de la bande dessinée, autant par les sources mobilisées que par la narration souterraine qui s’y développe.